Il possède forcément des réponses

Publié le par Lux

Ce dimanche là quand tu le rejoins, le tonnerre gronde et il règne une lumière de crépuscule, mais tu aimes cette pénombre qui rend le lieu plus secret, incite à baisser la voix, vous fait désirer être plus intimes. Tu as apporté le cahier sur lequel tu transcris de temps à autre ces paroles qui se murmurent en toi, mais tu ne sais encore si tu oseras le lui montrer. Tu le tiens caché dans un petit sac, et tu ne l'en tireras que si l'occasion s'y prête. La peur qu'il se moque de toi. Relève des fautes d'orthographe . Bute sur des phrases mal construites. Il ne te connait guère, et tu voudrais qu'il lise quelques pages, découvre un peu qui tu es. A deux ou trois reprises, tu t'étais enhardie jusqu'à lui poser des questions. Celles-ci l'avaient surpris et laissé songeur. Tu désires maintenant qu'il t'aide à être moins tourmentée. Il a lu tant de livres, connaît tant de choses. Il possède forcément des réponses.

Le vent se déchaîne, mugit, hurle, des branches craquent et se brisent, et après un coup de tonnerre plus violent, les nuages crèvent et la pluie tombe avec fracas. Il est anxieux, voudrait rentrer, mais tu le rassures. Il est impossible de trouver un refuge, et de toute manière, vous êtes déjà trempés jusqu'au os. Mieux vaut attendre que l'orage se finisse.

Soudain, il quitte ses chaussures, ôte sa chemise, et allant et venant sur le chemin, des mèches de cheveux lui barrant le visage, et il se met à chanter à tue-tête. Mais bientôt, il frissonne, est secoué de tremblements, et tu dois accepter qu'il s'en aille. Avant de disparaître, il se retourne, s'efforce de sourire, et les bras à l'horizontale, il tirebouchonne sa chemise en faisant mine de l'essorer. Toi, debout au milieu du chemin, tu le regardes partir, et tu es gênée de ce que ta robe, plaquée sur ta peau par la pluie, moule trop précisément tes formes.

Quand tu franchis le petit pont en arrivant au village, tu jettes ton cahier dans la rivière qui a pris une couleur terreuse.


Charles Juliet, dans Lambeaux

Publié dans Romans et Nouvelles

Commenter cet article