Vous n'avez pas d'ordonnance ?

Publié le par Lux

VALENTIN
Bonjour, Monsieur le pharmacien.

KARLSTADT
Bonjour, monsieur, vous désirez ?

VALENTIN
Ben, c'est difficile à dire.

KARLSTADT
Ah ! Ah ! Sûrement un mot latin ?

VALENTIN
Non, non, je l'ai oublié

KARLSTADT
Bon, on va bien le retrouver, vous n'avez pas d'ordonnance ?

VALENTIN
Non !

KARLSTADT
Qu'est-ce que vous avez ?

VALENTIN
Eh bien, c'est l'ordonnance, c'est l'ordonnance que je n'ai pas.

KARLSTADT
Non, je veux dire, vous êtes malade ?

VALENTIN
D'où vous vient cette idée. Est-ce que j'ai l'air malade ?

KARLSTADT
Non, je veux dire, le médicament est-il pour vous ou pour une autre personne ?

VALENTIN
Non, pour mon enfant.

KARLSTADT
Ah bon, pour votre enfant. C'est votre enfant qui est malade. Qu'est-ce qu'il a, cet enfant ?

VALENTIN
L'enfant, c'est sa mère qu'il n'a pas.

KARLSTADT:
Ah, l'enfant n'a pas de mère ?

VALENTIN
Si, mais pas une vraie mère.

KARLSTADT
Ah bon, l'enfant a une belle-mère.

VALENTIN
Oui, oui, hélas, la mère est belle, mais ce n'est pas la vraie et c'est pour ça qu'il aura pris froid.

KARLSTADT
Il tousse, cet enfant ?

VALENTIN
Non, il crie seulement.

KARLSTADT
Peut-être a-t-il des douleurs ?

VALENTIN
Possible, mais c'est compliqué. L'enfant ne dit pas où ça lui fait mal. Sa belle-mère et moi, on se donne la plus grande peine. Aujourd'hui j'ai dit à l'enfant: si tu dis bien gentiment où ça te fait mal, plus tard tu auras une belle moto.

KARLSTADT
Et puis ?

VALENTIN
L'enfant ne le dit pas, il est complètement borné.

KARLSTADT
Quel âge a-t-il donc, cet enfant ?

VALENTIN
Six mois.

KARLSTADT
Voyons, à six mois un enfant ne sait pas encore parler.

VALENTIN
Ça non, mais il pourrait tout de même montrer où il a des douleurs, si un enfant sait crier comme ça, il devrait pouvoir montrer où se trouve le foyer de la maladie, pour qu'on le sache.

KARLSTADT
Peut-être qu'il a toujours les doigts dans la bouche ?

VALENTIN
Oui, exact !

KARLSTADT
Alors, c'est qu'il est sur le point d'avoir ses premières dents.

VALENTIN
Les avoir de qui ?

KARLSTADT
De la nature.

VALENTIN
De la nature, c'est bien possible, mais alors il n'a pas besoin de crier, parce que quand on va avoir quelque chose on ne crie pas, on se réjouit. Non, non, l'enfant est malade et ma femme a dit: va à la pharmacie et rapporte...?

KARLSTADT
De la camomille ?

VALENTIN
Non, c'est pas quelque chose qui se boit.

KARLSTADT
Peut-être a-t-il des vers, l'enfant ?

VALENTIN
Non, non, on les verrait.

KARLSTADT
Non, je veux dire, à l'intérieur.

VALENTIN
Ah bon, à l'intérieur, là on n'a pas encore regardé.

KARLSTADT
Ah, mon cher monsieur, c'est une affaire difficile pour un pharmacien quand on ne lui dit pas ce que veut le client !

VALENTIN
Ma femme m'a dit, si je ne sais plus le nom, je dois vous donner le bonjour de l'enfant, de ma femme plutôt, et l'enfant ne peut pas dormir, il est toujours terriblement agité.

KARLSTADT
Agité? Mais alors prenez un calmant. Le mieux peut-être : Isopropilprophemilbarbituracidphénfldiméthildimenthylaminophirazolon.

VALENTIN
Vous dites ?

KARLSTADT
Isopropilprophemilbarbituracidphénildiméthildimenthylaminophirazolon.

VALENTIN
Comment ça s'appelle ?

KARLSTADT
Isopropilprophemilbarbituracidphénfldiméthildimenthylaminophirazolon.

VALENTIN
Ouiii ! C'est bien ça ! Si simple et on n'arrive pas à s'en souvenir !


Karl Valentin, "La Pharmacie", extrait de ses Sketches

Publié dans Théâtre

Commenter cet article